AXOR réalise le plus important parc éolien au Canada

Avec ses 133 éoliennes et sa puissance installée de 100 MW, Le Nordais est le plus important parc éolien jamais construit au Québec et au Canada et l'un des plus importants au monde.
 

Situé à la fois en Gaspésie et dans le Bas Saint-Laurent, Le Nordais se partage entre deux sites dont la vitesse moyenne des vents est de 28km/heure : l'un à Cap-Chat et l'autre dans la région de Matane. Construit en cinq mois, le site de Cap-Chat, avec ses 76 éoliennes et ses 57 MW, est en pleine production depuis décembre 1998. La commercialisation du second site, implanté dans les municipalités de Saint-Ulric-de-Matane, de Saint-Léandre et de Saint-Jérôme-de-Matane, débute à l'automne 1999. Avec ses 57 éoliennes, ce deuxième site a une puissance installée de 43 MW. L'énergie produite est vendue à Hydro-Québec, selon un contrat d'une durée de 25 ans. Transférée directement du parc au réseau de transport de la société d'État, cette énergie peut alimenter l'équivalent de 10 000 résidences québécoises.

 

Un modèle adapté au climat gaspésien

La turbine éolienne du parc est le modèle le plus répandu dans le monde. Fabriquée par NEG Micon, cette éolienne à axe horizontal est dotée d'une hélice à trois pales d'un diamètre de 48 mètres, montée en haut d'une tour tubulaire blanche de 55 mètres.

Munie d'un système de chauffage, l'éolienne du Nordais est adaptée au climat gaspésien. Sa nacelle s'oriente automatiquement face au vent grâce à un système de communication qui mesure les conditions météorologiques à partir d'anémomètres. Les éoliennes commencent à tourner de façon autonome lorsque les vents atteignent 15 km/h et s'arrêtent par mesure de sécurité au-delà de 85 km/h.

 

Caractéristiques techniques de la nacelle

 

Production énergétique

'énergie est transmise par un réseau de fils reliant les éoliennes à un poste de transformation. En augmentant le voltage de l'électricité, le poste permet de transférer directement l'énergie sur la ligne de transport de 230 kilovolts d'Hydro-Québec.

 

Une des énergies les plus vertes qui soit

L'énergie du vent est une des énergies les plus vertes qui soit. Comme elle remplace d'autres sources d'énergie, elle contribue de façon extraordinaire à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Quant à lui, Le Nordais peut permettre l'élimination de plus de 250 000 tonnes de CO2 annuellement. De plus, l'énergie du vent est simple à exploiter et son coût de production est en chute constante. Tous ces avantages amènent de plus en plus de gouvernements à favoriser l'énergie du vent au détriment des énergies polluantes.

 

Un investissement de 160 millions $

D'une valeur de 160 millions $, Le Nordais a fait l'objet d'un montage financier innovateur. En plus des investissements des deux partenaires, un financement sur dette de 110 millions $ a été syndiqué auprès d'un
groupe de prêteurs québécois et ontariens. Enfin, le gouvernement du Québec, par l'entremise de la Société de développement industriel du Québec (SDI), a accordé une aide financière de 5,6 millions $ pour l'assemblage de la majorité des turbines et la construction des tours au Québec

Nombre de MW installés  dans certains pays en 1998

Des retombées permanentes

Les retombées économiques du Nordais sont importantes. En effet, sur les 160 millions de $, les retombées québécoises sont de 100 millions de $, dont 30 millions de $ pour les
régions de la Gaspésie et du Bas St-Laurent. La balance a été consacrée à l'achat de l'équipement éolien provenant du Danemark, dont 77 des 133 unités ont été assemblées
au Québec.

Pendant la phase de construction des sites, 250 emplois ont été créés et environ 150 fournisseurs et sous-traitants régionaux ont été impliqués. Par ailleurs, l'exploitation
du parc garantit, pour les 25 années du contrat, des emplois de pointe à des techniciens et ingénieurs de la région. À ces emplois, s'ajoutent les redevances aux propriétaires de terrains et les diverses taxes et impôts aux municipalités et aux gouvernements. Le Nordais devient par ailleurs une attraction touristique régionale d'envergure.

 

Des leaders comme partenaires

Énergie Le Nordais est formé de deux principaux partenaires :

· AXOR : leader québécois et canadien en développement de projets d'envergure en ingénierie-construction et promoteur du projet.

· M&N Wind Power : consortium formé de NEG Micon, important manufacturier d'éoliennes danois et de Nichimen Corporation, géant japonais du commerce international.

AXOR est responsable du développement, du financement et de la construction du projet et NEG Micon est le fournisseur de l'équipement éolien. Les deux entreprises sont responsables de l'exploitation.

 

Les perspectives de développement

L'éolien pourrait connaître une croissance remarquable 
au Québec et au Canada si l'on se fie à certaines politiques :

· Dans sa politique énergétique, le Québec dit souhaiter le développement de l'énergie éolienne. Le gouvernement entend annoncer la création d'une quote-part éolienne au sein du portefeuille énergétique d'Hydro-Québec.

· Signataire du Protocole de Kyoto, le Canada s'est engagé à réduire de 6 % ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2012. Le Canada considère l'énergie éolienne comme étant l'une des principales solutions à ce problème environnemental.

· Les États-Unis souhaitent adopter une politique visant à exiger que 7,5 % du portefeuille énergétique des fournisseurs d'électricité proviennent de sources d'énergies renouvelables tel l'éolien, le solaire ou la biomasse. La mise en vigueur de cette politique pourrait forcer les producteurs québécois et canadiens à produire ou à faire produire davantage d'énergie éolienne.

Depuis janvier 1998, un banc d'essai de trois éoliennes d'une puissance installée de 2,25 MW est en service à Saint-Ulric-de-Matane. Il a été réalisé en un mois par AXOR et est depuis exploité par Hydro-Québec.